23 décembre 2020 NOEL, fête païenne pour certains mais avant tout fête chrétienne.

Le monde entier se réunit le même soir

Pour fêter l’espoir

D’une nouvelle année

Noël en famille

Esprit es-tu là ?

Vous l’avez deviné je m’adresse à l’esprit de Noël

Cette année vous ne pourrez pas fêter Noël comme d’habitude

La magie de Noël est entrain de reprendre vie

L’Important ce n’est pas où l’on est à Noël mais avec qui?

 

Noël est une des fêtes les plus riches en symboles sacrés et profanes qui se sont entrelacés au cours des siècles jusqu’à devenir un tout indissoluble et indiscernable.

Tous les symboles de Noël et les usages qui y sont liés ont été transmis de génération en génération. De la crèche au sapin de Noël, du gui à la couronne de l’Avent, du houx à la Bûche de Noël, tout s’unit afin de créer une atmosphère unique, dont la signification peut parfois nous échapper dans son ensemble, mais qui ne peut que séduire tout le monde.

Le repas

L’amour partagé autour d’une table est bien plus important que la nourriture qui est dessus.

La crèche

La crèche est probablement le symbole le plus important pour les catholiques. Dans les évangiles de Luc et de Mathieu, qui décrivirent la Nativité, il y a le mystère immense d’un Dieu qui choisit de devenir homme afin de descendre parmi ses Fils et les conduire au Salut, le tout sous forme d’un événement apparemment commun, dans sa simplicité, comme la naissance d’un enfant dans une nuit étoilée.

Le sapin de Noël

Il est par contre d’origine païenne. Il symbolise le renouvellement de la vie et c’est pour cette raison que l’on utilise un sempervirent (du latin sempervirens toujours vert »).

Pendant le Moyen Âge, les premiers sapins de Noël étaient décorés avec des fleurs en papier, des fruits frais et secs et des symboles d’abondance afin de rappeler le Paradis Terrestre et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

Ensuite, on commença à décorer les sapins de Noël avec des bougies, symboles de l’avent du Sauveur qui bat les ténèbres du pêché, et à les installer également à l’intérieur des maisons.

La couronne de l’Avent

Le cierge de Noël aussi rappelle de manière symbolique Jésus en tant que porteur de lumière et de salut, tandis que les quatre cierges de la couronne de l’Avent d’un côté rappellent de très

Kit liturgique pour l’Avent couronne et cierges brillants

Anciennes traditions païennes liées à la lumière et de l’autre symbolisent respectivement les Prophètes, Bethléem, les Bergers et les Anges. À l’allumage de chaque cierge correspond un moment de prière.

La coutume de s’échanger des dons le jour de Noël est probablement d’origine romaine.

Les romains avaient en effet l’usage de s’échanger des cadeaux pour la fin de l’année et à l’occasion d’autres fêtes des étrennes, fêtes qui doivent leur nom à la déesse sabine Strenia. Au début, il s’agissait de petites branches de laurier, d’olivier et de figuier, mais ils furent vite remplacés par de véritables cadeaux. Dans le christianisme, cet échange de présents est également associé au symbolisme de Dieu offrant son Fils unique aux hommes.

Le Père Noël

Notre mythique grand-père amène des cadeaux aux enfants pendant la nuit entre le 24 et le 25 décembre. Ce personnage peut être lié à différentes figures présentes dans les cultures du monde entier, même si on l’associe en particulier à Saint Nicolas. « Nicolas de Myre ou Nicolas de Bari, communément connu sous le nom de « saint Nicolas », est né à Patare, en Lycie (actuelle Turquie), vers 270 et mort à Myre en 345. Évêque de Myre en Lycie, il a probablement participé au premier Concile de Nicée au cours duquel il a probablement combattu l’arianisme ».

Il accomplit dit-on des miracles qui permirent de sauver des enfants. Il ne commença à être représenté en rouge avec une barbe blanche qu’à la fin du XIX siècle et au cours du siècle suivant les agences publicitaires américaines le consacrèrent à l’iconographie que nous connaissons tous.

La bûche de Noël

Elle représente symboliquement l’Arbre de la Vie et le salut amené par Christ : avec elle, nous réchauffons nos maisons afin de les rendre plus confortables à l’occasion de sa venue.

Enfin, le gui est considéré comme une plante de bonne augure. Il pousse sur les troncs d’autres arbres, il n’a pas de racines en contact avec la terre et ses baies blanches se développent en neuf mois, comme un enfant, en se regroupant par trois, chiffre sacré dans de nombreuses cultures. Dans l’antiquité, on le croyait capable de guérir toutes les maladies et, suspendu à l’extérieur d’une maison, il garantissait prospérité et abondance.

PN MINI GIF

fichier pdf ARCHIVES TOUT NOEL SUR LE BLOG ENO

Articles Paule Chadeau

 

 

Laisser un commentaire

Lakogoring |
Orchidnotify20 |
Schulz04ebsen |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Rzeszowadwokat953
| Le blogazette
| Au jour le jour