4 janvier 2021 Bienvenue en 2021

ANNEE 2020 2021

Grégoire – Je te souhaite une bonne année

Entrez en 2021 en chanson

Des mots simples et justes que l’on devra réécouter

quand le moral sera en berne en 2021

Image de prévisualisation YouTube

Cher.e.s Ami.e.s

-nous entrons dans la novlangue et dans l’ère de l’écriture inclusive qui va encore plus compliquer la vie des écoliers et des nouveaux arrivants dans notre pays-

2021 = 2+2+1= 5

Une année s’achève, une autre commence!

En numérologie c’est l’aventure qui s’annonce, un voyage inconnu qui doit nous conduire sur de nombreux rivages après un travail acharné en 2020 pour survivre.

* Le nombre 5 en Numérologie correspond au Mouvement. Il faut comprendre cela dans le sens de l’énergie vitale, de la fluidité et des transformations.

C’est pourquoi le nombre 5 symbolise le voyage, le changement, la mouvance et la liberté. Il représente le souffle de vie et l‘épanouissement.

L’Annus Horribilis 2020 tire bientôt sa révérence.

Image de prévisualisation YouTube

Cette année annoncée comme extraordinaire (notée 2020 !) nous  aura apporté  bien peu de satisfactions.

Cette maudite année qui nous a empêchés de réaliser la plupart de nos projets ! Oublions-la vite !

Et toujours nous demeurons! 

Malgré ce fléau qui nous guette à chaque coin de rue.

Certains ont pris un peu d’âge

Plus que d’habitude

Comme moi, certains diront que nous avons « vieilli »

Mais nous n’avons rien perdu de nos espoirs,

VIEUX ET VACCIN COVID

Et je nous  souhaite, pour 2021

Que la fougue de notre prime jeunesse demeure intacte !

Et nous permette de résister

Une année de plus et peut-être d’autres.

2021, année de la sortie de crise ?

Sans prendre des risques ?

Mais croire en l’impossible et  défier le destin !

Faire confiance en la vie !

Vivement que l’horizon s’éclaircisse afin de vivre une Meilleure Année.

J’espère que 2021 nous permettra de « revivre » !

Que cette année nouvelle soit favorable à toutes les tentatives

Qui nous permettront de gagner tous les défis !

Je vous envoie des étoiles de Santé, de Paix, de Solidarité, de Vérité et d’Amour

Pour qu’elles illuminent votre vie toute l’année.

Que Chaque minute soit l’occasion de vivre une petite joie

Que Chaque jour soit une nouvelle promesse de bonheur

Que Chaque année apporte son lot de surprises et de découvertes

Je souhaite à chacune et chacun d’entre vous de terminer cette année dans les meilleures conditions pour aborder 2021 en bonne santé, en forme et dans la joie.

Qu’elle soit pour vous pleine de rêves accomplis, de joies et de surprises.
Qu’elle vous permette de partager des mots d’amour, des pensées chaleureuses et des sourires rayonnants avec tous ceux qui comptent pour vous.

Fêter son départ ne sera pas possible pour la majorité d’entre nous.

Ceux qui auront cette chance devront bien respecter les consignes sanitaires qui devraient nous permettre d’arriver au bout de cette épreuve hors du commun.

Certes, auparavant les peuples ont dû affronter d’autres épreuves telles que les guerres, la peste et encore bien  maladies.

Mais là on se bat contre l’inconnu.

Un virus revenu cette année. Pourquoi? Comment? On ne sait pas!

Le  coronavirus ou plutôt « les coronavirus » on connaissait.

* Le premier coronavirus découvert est un virus animal, responsable chez les volailles d’une maladie respiratoire aiguë très contagieuse. Son nom : virus de la bronchite infectieuse aviaire (Infectious Bronchitis Virus, IBV). La maladie qu’il provoque a pour la première fois été observée en 1930 dans le Dakota du Nord (Etats-Unis).

*La découverte du premier coronavirus humain (HCoV) remonte à 1965. Les chercheurs britanniques David Tyrrell et Malcolm Bynoe (Salisbury, Angleterre) isolent une souche virale, baptisée B814, à partir des prélèvements respiratoires d’un écolier présentant un rhume banal. Ils parviennent à cultiver le virus présent dans le liquide de lavage nasal en utilisant comme milieu de culture des cellules de trachée humaine embryonnaire. Les expériences montrent que l’agent pathogène résiste aux antibiotiques et qu’il est sensible à l’éther, ce qui indique qu’il s’agit d’un virus (et non d’une bactérie) et que celui-ci possède une enveloppe lipidique. En effet, l’éther est un solvant des lipides.

Il nous a fallu « vite! très vite! trop vite peut-être! » inventer et fabriquer de nouvelles armes. Et nous y voilà!

Le vaccin! La campagne a débuté le 27 décembre!

Ce vaccin objet de toutes les recherches, de toutes les craintes, de toutes les convoitises: Nous n’auront que lui pour nous en sortir. Nous devrons lui faire confiance!

vaccin-grippe-A | Résistance Inventerre

* Qu’est-ce qu’un vaccin à ARN messager ? Qui sera vacciné en priorité en France? Que sait-on de l’efficacité des différents vaccins, de leurs effets indésirablesLes premiers vaccins contre la Covid-19 ont été mis sur le marché un an à peine après la découverte du coronavirus SARS-CoV-2 à l’origine de la pandémie. La piste d’une immunité croisée grâce à d’autres vaccins a été écartée : « les vaccins spécifiques ont toujours plus de chance d’atteindre une efficacité élevée », indique la Dre Marie-Paule Kieny, vaccinologue, directrice de recherche à l’Inserm et présidente du comité scientifique Vaccin Covid-19.  

Aujourd’hui, chacun se demande de quoi l’avenir sera fait, tant sur le plan individuel que sur le plan collectif.

vaccin grippe A - Actualités nationales et internationales....

La crise sanitaire est toujours là et n’a pas encore révélé toutes ses répercussions sociales, économiques ou encore psychologiques.

Elle nous a imposé de nouveaux rythmes de vie, des modes de travail et un mode de consommation, qui nous privent de la relation à l’autre…

Nous ne pouvons qu’évoquer Georges Orwell et son « 1984 »

« Fin de l’individu, fin des libertés, surveillance, langue de bois, éloge du collectif : entre le combat contre la pandémie de Covid-19 et la lutte contre le terrorisme, voici ce qui constitue aujourd’hui notre quotidien et l’occasion de retrouver George Orwell, l’homme qui avait tout écrit. »

Big Brothernovlangue, sont des mots passés dans le vocabulaire courant et même pour le premier dans la culture populaire, mais leur inventeur Eric Arthur Blair, c’est-à-dire George Orwell reste en France peu voire pas connu.

Un peu d’histoire :

Né en 1903 en Inde, citoyen britannique, militant socialiste libertaire, très engagé contre le totalitarisme nazi et le totalitarisme soviétique, auteur de 1984, de La ferme des animaux et d’une foule d’autres livres non traduits en français. 

Orwell est pourtant peut-être l’un de ceux qui ont le mieux analysé les cauchemars totalitaires du XXe siècle, dont nous venons tous.

Il s’est en particulier concentré sur l’usage politique du langage et donc sur le rôle particulier des intellectuels, dans la fabrication des cauchemars

Dans l’époque tendue qui est la nôtre, où les langues de bois fleurissent, peut-être est-il temps de découvrir George Orwell, l’écrivain qui, au-delà des clichés de science-fiction auxquels on limite 1984, intimait aux intellectuels d’être simples, de bannir le jargon et de ne jamais écrire une phrase incompréhensible

Et si vous avez un peu de temps à consacrer à la réflexion penchez-vous sur les déclarations ci-dessous de personnalités reconnues

Raphaël Enthoven, essayiste, animateur de radio et de télévision français.

 « On a tort de parler de 1984 chaque fois qu’un gouvernement s’aventure à mettre une loi sur les fakes news. Comme si l’objet du ministère de la Vérité, c’était de contrôler l’information ! L’objet du ministère de la Vérité, c’est de contrôler la mémoire… Il y a un malentendu historique ».

Célia Izoard

« Il y a cette asymétrie grandissante entre les moyens répressifs technologiques dont dispose le pouvoir et l’impuissance dans laquelle chacun des individus est jeté. Cette impuissance est liée au fait d’avoir dissout les communautés de base, d’avoir plongé avec cette foi aveugle dans la religion du progrès. [...] Cette mécanique n’est pas du tout cantonnée à l’Union soviétique, elle est aussi présente dans les lieux de loisirs, les lieux marchands et de divertissement »

* Celia Izoard a fait des études de philosophie et traduit des ouvrages critiques de la technologie moderne. Elle a été inculpée pour destruction de machines biométriques dans l’affaire de Gif-sur-Yvette, en 2005.

Le Monde d’après

1er janvier

Xavier Lerne, le philosophe poitevin déclare

« Le confinement aura été pour nous l’expérimentation d’une « sphère de décélération », au sens où l’entend Hartmut  Rosa (philosophe et sociologue allemand contemporain) à travers ce « coup d’arrêt à l’accélération sociale et économique, une « distorsion du temps et de l’espace (…)

Dans quelle mesure va-t-elle impacter la société ? D’un individu à l’autre, la réponse diffère mais beaucoup vont devoir faire face à « la crise des projets » (…)  Le projet est constitutif pour la construction de soi. Or, aujourd’hui, chacun se retrouve en quelque sorte « repoussé dans un présent confiné ». Conséquence : « Le futur perd de son attractivité. » Qui sait aujourd’hui ce qu’il fera dans quelques mois, dans quelles conditions, selon quelles modalités ? (…) « D’ordinaire, nos projets individuels s’imbriquent dans le projet global de la société». Celui-ci étant bouleversé, les individus vont-ils chercher à retrouver leur vie d’avant ou bien la remettre en question ?  Avec quelle relation à l’autre ?

Magali Delamour, psychologue clinicienne

Lors du déconfinement, « il pourrait y avoir à la fois un soulagement mais aussi une hyper-vigilance coûteuse psychiquement, associée à une peur de l’autre, note. Je ne suis pas sûre qu’il n’y ait que de la solidarité qui en ressorte… Car la peur peut également entraîner l’hostilité. »

Xavier Lerner « Relancer le désir de citoyenneté »

 « Pendant cette crise, la sphère publique a tellement impacté la sphère privée que cela va relancer le désir de citoyenneté »,

S’appuyant sur l’exemple récent des Gilets jaunes, il anticipe une « politisation de la société » accrue, alimentée par une situation économique inédite.

Olivier Bouba-Olga, l’économiste poitevin confirme. 

« Nous sommes confrontés à un choc économique violent, qui touche tout le monde. Un choc tel qu’il faudra une politique de relance,  Il va falloir que les puissances publiques se substituent aux initiatives privées, au moins dans les premiers temps. »

Selon l’Insee, le confinement a fait perdre à la France 35% de son activité économique. L’économiste a affiné ce chiffre par territoire :

« -32% pour Grand Poitiers, -35% pour Grand Châtellerault, -29% dans une zone rurale comme la communauté de communes Vienne et Gartempe (…) Des secteurs sont plus touchés que d’autres. L’hôtellerie-restauration, l’industrie, la construction sont très impactées, les services non marchands, l’agriculture et l’agro-alimentaire le sont moins. »

Dans ce dernier secteur, « il y avait déjà une tendance aux circuits courts. La crise pourrait jouer un rôle d’accélérateur mais cela coûte plus cher. Est-ce que les consommateurs sont prêts ? »

Comme au niveau macro-économique, Olivier Bouba-Olga invite à penser « en coût complet », en mettant dans la balance le coût de production et la sécurisation des approvisionnements.

« Nous sommes allés trop loin dans l’éclatement de la chaîne des valeurs, avec des stratégies qui consistaient à toujours chercher le moins cher. »  Ou qu’il soit.

Nicolas Hulot, écologiste médiatisé

« Et si la crise servait de catalyseur vers la transition écologique ? »

L’écologiste a rassemblé dans un manifeste, « Le temps est venu », ses cent principes pour un nouveau monde.

Michel Houellebecq, écrivain (Lettre à France Inter du 3 mai 2020.)

« Nous ne nous réveillerons pas, après le confinement, dans un monde nouveau ; ce sera le même mais en pire », a-t-il  de son côté, prédit

Le pessimisme littéraire de l’écrivain se vérifier a-t-il ou cette crise engendrera-t-elle un changement de paradigmes profond ?

Seul l’avenir le dira.

Et pour finir cet article sur une  note plus gaie voici les vœux de jacques Brel entendus pour la première fois sur Europe 1 le 1er janvier 1968 que je trouve une fois de plus en parfaite harmonie avec cette fin d’année tellement déconcertante

« Je vous souhaite de souhaiter.
Je vous souhaite de désirer.
Le bonheur, c’est déjà vouloir.

Comme en droit pénal, l’intention vaut l’action.
Le seul fait de rêver est déjà très important.

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir.

Et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns.

Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer,

Et d’oublier ce qu’il faut oublier.

Je vous souhaite des passions.

Je vous souhaite des silences.

Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil,
et des rires d’enfants.

Je vous souhaite de respecter les différences des autres

parce que le mérite et la valeur de chacun

sont souvent à découvrir

Je vous souhaite de résister à l’enlisement,
à l’indifférence
et aux vertus négatives de notre époque.

Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche,

à l’aventure, à la vie, à l’amour, 

Car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable

ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.

Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux,

Car le bonheur est notre destin véritable. »

* Version intégrale des vœux de Jacques BREL, entendus pour la première fois sur Europe 1, le 1er janvier 1968

Et si vous êtes encore en cuisine

NOEL JOUR DE L'AN soupe a l'oignon

Soupe à l’oignon gratinée du Nouvel An

rapide et excellente

Plat réconfortant par excellence, la soupe à l’oignon est une tradition française.

Une bonne soupe à l’oignon, ce n’est pas compliqué à réaliser !

En 40 minutes, elle est prête à être dégustée, et quel délice.

Et on dit même qu’elle aide à guérir de la gueule de bois, c’est pourquoi elle est servie dans bon nombre de restaurants, tard le soir, notamment à Paris.

Dans la véritable recette, qui était une entrée bon marché, la soupe à l’oignon est constituée à base de bouillon de volaille, d’oignons et de pain rassis gratiné. On utilise généralement de gros oignons jaunes.

Vous pouvez faire vous-même votre bouillon, à la volaille, au bœuf ou aux légumes.

Les ingrédients pour 4 personnes :

5 oignons coupés en fines rondelles

20 g de beurre

1 cuillère à soupe de farine

1 l de bouillon

4 tranches de pain de campagne (ou 8 petites tranches)

100 g de fromage râpé

Sel et poivre

Préparation

Dans une casserole, mettez le beurre à fondre puis déposez les rondelles d’oignon.

Faites revenir 3 minutes.

Versez la cuillère de farine, pour épaissir et donner du corps aux oignons.

Remuez et cuisez encore 30 secondes.

Ajoutez le sel et le poivre.

Puis versez le bouillon et laissez cuire 30 minutes dans la casserole en remuant de temps en temps.

Avec une cuillère à soupe, récupérez les morceaux d’oignons et répartissez-les dans des bols.

Versez également le jus.

Pour faire le gratiné, placez deux tranches de pain de campagne sur vos oignons dans votre bol, et déposez le fromage râpé sur tout le dessus.

Passez vos bols au grill pendant quelques minutes. Il vous en reste plus qu’à déguster !

Les variantes de la soupe à l’oignon

Pour changer quelque peu votre soupe, remplacez le pain de campagne par des croûtons, nature ou aromatisés.

Vous pouvez aussi tenter de nouvelles combinaisons de saveurs en faisant gratiner des fromages différents, comté, cantal, chèvre, et même camembert !

Vous pouvez aussi faire un mélange de plusieurs restes de fromage, on aime particulièrement l’emmental râpé avec du roquefort.

Laissez-vous séduire par ce qui vous plaira.

Caroline ERNESTY

MEILLEURS VOEUX 2021

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Lakogoring |
Orchidnotify20 |
Schulz04ebsen |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogazette